Bilan de la dixième semaine

2018 km parcourus, bercée par les cloches des vaches, première rencontre avec un patou, fromages de dingue, changement de cap, routes des crêtes du Jura, premier bivouac à plus de 1500 m, portage de 5L d’eau, fin de la GTJ, retour vers la Suisse par le GR 65, de nouveau sur le chemin de Compostelle, est-ce que je continue avec les nouvelles règles sanitaires ?

Cette semaine est haute en couleur. Le soleil rend l’aventure tout bonnement parfaite. Après ces 3 dernières semaines de grosses difficultés, il faut bien avouer que c’est un régal que de marcher dans ces conditions. Ne pas avoir à calculer pour toujours trouver un abri, se laisser porter par les paysages, les terrasses et les rencontres… Avoir la liberté d’esprit de bivouaquer sans avoir peur de l’orage, de la pluie diluvienne et du froid, quel privilège !

Les paysages bucoliques du haut Doubs s’offrent à nous et c’est tout simplement merveilleux !

Pour conclure ces quelques jours à longer le Doubs (en crue), j’arrive à sa source, sous le soleil. Ça clôt une parenthèse qui fut vraiment compliquée dans ce voyage.

Après avoir longé la frontière suisse pendant 10 jours, je dois choisir entre, passer cette dernière, traverser le lac Leman et être dans moins d’une semaine aux pieds des Alpes… Ou continuer la Grande Traversée du Jura, remonter vers Genève et rallonger de 7, voir 10, jours mon périple pour « enfin » être aux pieds des Alpes !

Daniel me quitte sur ces pensées, en milieu de semaine. Merci à toi, mon ami, d’être venu découvrir en ma compagnie un petit bout de ce Jura secret et bucolique.

J’ai extrêmement envie de continuer cette aventure jurassienne qui semble être bien plus montagneuse sur la fin. C’est challengeant ! Je continue donc. D’autant plus que la météo est avec moi… Autant en profiter pour dévorer ce Jura qui me tend les bras.

Puisque le temps est aux changements, je modifie le tracé de la GTJ pour attaquer les crêtes au col de la faucille et non à Lélex. Juste histoire d’en prendre encore plus plein les yeux ! Et plein les pattes !

Le challenge des crêtes jurassiennes, en plus du dénivelé, c’est le poids de l’eau ! Il faut porter vraiment beaucoup d’eau afin d’être autonome, car on en trouve nul part. Mais ça en vaut la peine, sur toute sa longueur !

J’arrive samedi soir à Culoz. Ça sonne la fin de cette traversée et le retour vers Genève. Mais le doute s’installe.

Avec les nouvelles décisions sanitaires, suis-je en capacité de continuer ? Vais-je pouvoir traverser les frontières ? Trouver un hébergement ? Ou juste boire un café ?

En partant, je ne pouvais pas être vaccinée (trop jeune) et sur le chemin, je ne me sens pas d’assumer les effets secondaires (de peur de me mettre en danger). Nous sommes si vulnérables, entre la fatigue physique accumulée et le manque de sommeil, comment faire face cette nouvelle épreuve ?

Chaque jour, il faut gérer l’effort, la nourriture, l’eau et potentiellement le couchage, en plus du chemin à suivre et de la météo capricieuse ; je ne me sens plus les épaules pour, en plus, gérer la recherche de vaccin dans une ville, à une date donnée…

Abandonnée ? À cause de ça ? J’en ai le ventre retourné. La fatigue de ces 2 semaines d’effort intense n’aide en rien. Comment réussir à composer avec cette donnée ?

Surmonter la fatigue, outre passer ses propres limites physiques, se nourrir peut, porter beaucoup d’eau, marcher sous la pluie ou sous un soleil brûlant… d’accord ! Mais être rattrapée par le COVID et les mesures gouvernementales qui en découlent me fend le cœur, je dois bien l’avouer.

Je reprends tout de même le chemin vers Genève. En marche forcée et le cœur pas tout à fait à ça, je dois bien l’avouer. Mais je m’accroche aux 2-3 jours de pause qui m’attendent dans ma famille. Avant d’attaquer les Alpes !

Le petit point dodo :

19.07.21 – Aprés la Chaux-neuve : Bivouac,

20.07.21 – Les Rousses : Appart’ du bois de l’ours,

21.07.21 – Aux alentours du Grand Montrond : bivouac,

22.07.21 – Avant Bellegarde : refuge non gardé de Sorgia d’en bas,

23.07.21 – Après Plan d’Hotonnes : bivouac,

24.07.21 – Culoz : camping le Colombier,

25.07.21 – Après Minzier : bivouac.

Publié par Jeanne Fauquenot

Passionnée de patrimoine, d'art et d’espaces naturels ; je me suis mise en tête de découvrir, en marchant, ce pays merveilleux qu’est le France. Il m'est alors apparu qu'il m'était nécessaire de partager mes découvertes dans cet extraordinaire monde qui est le nôtre. J'espère que toutes mes aventures vous plairont.

4 commentaires sur « Bilan de la dixième semaine »

  1. J admire votre courage et votre volonté, je suis vos photos, vos commentaires et tous les jours j ai l’impression de voyager grâce à vous ! J aurai aimé vous rencontrer lorsque vous êtes passée dans l avesnois. Courage, n abandonnez pas …

    J'aime

  2. Bonjour Jeanne, Oui que d’eau que d’eau sur ton parcours et en effet une réflexion cruciale face au contexte sanitaire. Juste pour te rappeler que j’ai des amis à Morillon près de Samouëns et si tu le souhaites je les contacte pour un éventuel hébergement ? Tancrède est venu déjeuner pour l’anniversaire de Bruno avec Agathe et une autre cousine.Bizz à toi!Agnès Envoyé depuis mon appareil mobile Samsung.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :