Qui se cache derrière Histoires de voyage ?

Je ne me suis pas encore présentée ? Quel manque de politesse de ma part. Je remédie tout de suite à cela ! Je me présente, Jeanne. À peine trentenaire, je prends le parti de tout quitter pour vivre ma meilleure vie. Mariée, une maison, un chien, employée en CDI dans mon domaine d’expertise (suiteLire la suite « Qui se cache derrière Histoires de voyage ? »

Et après ?

Suite à une soirée magnifique de simplicité et de gentillesse, en compagnie de Fred ; je pars me balader dans Saint Nazaire. Le temps est au brouillard, ce qui est en adéquation totale avec mon état d’esprit du moment. Je me retrouve, seule, dans cette ville embrumée, mais belle. L’architecture n’y est pas resplendissante, maisLire la suite « Et après ? »

Bilan de la douzième et dernière semaine

2235 km parcourus, 81 jours de marche, entrée en Loire-Atlantique, découverte des marais salants, retrouvailles avec des amis, arrivée à St Nazaire, une fin de voyage bouleversante. J’attaque cette semaine toujours frigorifiée. Autant les journées sont plutôt chaudes, autant les nuits sont glaciales… Ce n’est pas top top niveau récupération. Mais c’est le jeu. CetteLire la suite « Bilan de la douzième et dernière semaine »

Bilan de la dixième semaine

1886 km parcourus, je me crée mon propre chemin, découverte de la presque île de Quiberon et des mégalithes, une nouvelle liberté dans mon cheminement, j’attaque le golfe du Morbihan. Après 9 semaines à suivre un tracé qui me semblait évident, familier, rassurant… je me confronte à une réalité forte désagréable… Le tracé du GR,Lire la suite « Bilan de la dixième semaine »

Et la nourriture sur le GR 34 ?!?

Nous arrivons donc au nerf du problème. Que mange-t-on lorsque l’on veut voyager relativement léger ? Tout d’abord, soulignons qu’il est possible de se ravitailler relativement régulièrement puisque sur ce chemin, il y a souvent villages et villes. Donc n’achetez pas trop de nourriture et ne portez pas trop de nourriture. La peur de manquerLire la suite « Et la nourriture sur le GR 34 ?!? »

Bilan de la cinquième semaine

955 km parcourus, première grosse étape du sentier (40 bornes), on a passé les abers, officiellement sur l’océan Atlantique, passage de la pointe la plus à l’ouest de France. Après les quelques hors sentiers de la semaine passée (traversée de baie à marée basse et vase jusqu’aux genoux, marche les pieds mouillés, etc.) ; nousLire la suite « Bilan de la cinquième semaine »

Bilan de la quatrième semaine

735 km parcourus, début du Finistère, Morlaix passé, on quitte la côte de granit rose, bientôt 1 mois de marche, toujours 3 compères, un peu de fatigue mais, le soleil est revenu. Après une troisième semaine très clairement mitigée quant au temps (mais pas les paysages), nous attaquons une quatrième semaine plutôt ensoleillée. Et queLire la suite « Bilan de la quatrième semaine »

Comment organiser ses étapes de rando sur le GR 34 ?

J’ai traité la question du dodo, de la nourriture et de l’eau. Mais comment organise-t-on des étapes ? Que faut-il regarder ? Combien de kilomètres doit-on marcher ? Qu’est-ce que cela implique de vérifier en amont ? Je vais donc essayer de répondre, franchement et naturellement, à toutes ces questions que je me suis aussiLire la suite « Comment organiser ses étapes de rando sur le GR 34 ? »

Bilan de la première semaine

164 km parcourus, beaucoup de pluie, quelques douleurs, un sac un peu lourd, de merveilleuses villes, des paysages à couper le souffle, un peu de soleil tout de même, court passage en île et vilaine, déjà en côte d’Armor et Lilou est arrivée. Bien que mue d’une intense et réelle envie de partir, je doisLire la suite « Bilan de la première semaine »

La question cruciale du dodo sur le GR 34

Je pense que tout bon être humain se pose la question de la nourriture, de l’eau et du dodo. Je reviens dans un premier temps sur le dodo ! Car bien se reposer signifie mieux récupérer physiquement et repartir plus serein. C’est vraiment très important sur une marche au long cours ! Comment ai-je faitLire la suite « La question cruciale du dodo sur le GR 34 »